Le Petit Bois et son utilisation

Les « Petits usages forestiers »

Ce sont les seuls qui persistent pour le ramassage du petit bois mort, en forêt domaniale ou privée.

Quelques poignées de brindilles pour allumer un feu de cheminée, et c’est tout. Il n’est plus question d’en remplir la malle de sa voiture, de tronçonner un arbre mort abattu par un grand vent, et encore moins d’abattre un arbre vivant par quelques procédé que ce soit.

Les traditions et les règles ne se contentent pas de varier d’une commune à l’autre, elles évoluent dans le temps et parfois rapidement. Si vous êtes tenté de jouer au bûcheron, la seule solution est de demander une autorisation écrite au propriétaire d’une surface boisée, qui peut l’accorder gratuitement ou non ; elle devra mentionner précisément les lieux, quantité, essences et conditions d’enlèvement.

Personne ne peut espérer actuellement en France faire lui-même ses poutres, ses chevrons et ses planches pour construire sa maison ou fabriquer ses meubles. La seule solution : se procurer le bois dans une scierie ou un magasin de bricolage.

 

Qu’est ce que le petit bois mort ?

Ce sont uniquement des brindilles ou des  branchettes faciles à briser à main nue et qui jonchent le sol. Mais on ne peut se mettre à l’abri de poursuites judiciaires de la part des Eaux & Forêts ou d’un particulier en prétextant nettoyer bénévolement une forêt à l’abandon. Il est de toute façon interdit de s’approprier une branche morte faisant encore partie d’un arbre.

 

Tous les bois ne se valent pas

Le charme, le hêtre, l’orme, l’érable, le frêne et le chêne sont les meilleurs bois de chauffage. Ils brûlent lentement, font de la bonne braise et produisent des flammes très chaudes. Les bois tendres comme le tilleul, le peuplier, le marronnier et le châtaignier sont de médiocres combustibles (sauf d’allumage) qui brûlent trop rapidement.

Les bois résineux (pins, sapins, mélèzes) s’allument facilement mais ils pétillent en projetant des étincelles, brûlent trop vite et dégagent une fumée salissante. Il est déconseillé de faire cuire une viande ou un poisson directement à la flamme ou sur les braises d’un feu de résineux.

 

Comment faire du feu ?

Il faut choisir des matériaux combustibles aussi secs que possible et commencer par placer les plus ténus en allant progressivement vers des branchettes puis des fragments de branches de plus en plus étoffés. L’allumette (ou le briquet) allume le papier journal non glacé et bien bouchonné qui allume lui-même les brindilles posées au-dessus à l’avance. Les brindilles mettent facilement le feu à des petites branches mortes et sèches (maximum 2cm de diamètre) qui, à leur tour, allumeront des branches plus grosses (5 à 6cm). Les bois plus gros ne seront mis au feu que lorsqu’il aura produit une quantité suffisante de braises. Pour plus de rapidité, il es préférable de les fendre en long. Il ne faut pas tricher avec de l’alcool liquide ou, pire, de l’essence ou du gazole dont l’emploi risque d’envoyer l’imprudent dans un service pour grands brûlés. Il faut enfin se souvenir, pour se réchauffer ou cuisiner, que ce n’est pas la flamme mais la braise qui chauffe.

 

 

[Source : Glaner dans la nature – Dr Pierre-Jean Corson]

Venez en apprendre plus sur nos stages de survie :

Date de stage ici

La rumeur est un arbre bruyant que l’on écoute pousser; La vérité est elle une forêt qui reste silencieuse
Remy Donnadieu
Photographe, Graphiste, Auteur, France métropolitaine, Montélimar

Contactez nous :

1 + 3 =

Nous soutenons :

            

bushcraft – feu part friction – fire steel – monter un abri – s’orienter – allumer un feu – fabriquer des outils – aller à l’aventure comme bear grylls – idée cadeau – manger des plantes – chasser à l’arc . Vie en pleine nature . Initiation survie . Survie en nature . Vivre en nature . Survie en foret . Survie en milieu hostile . Survie en montagne . Séminaire incentive . Survie grand froid . boot camp . M U L . Formation aux techniques de survie . Survie en jungle . Survie en milieu désertique . Survie en Thaïlande . Stage de survie au Maroc . Feu par friction . Stage de survie longue durée . Survie nomade . Team building . Christelle Gauzet . Stage de motivation. à l’état sauvage – the island – l’abri parachute . dropped, get out alive, Stage de survie – instruction survie – école de survie – Résistance mentale . Stage de survie en terre inconnu pour savoir faire face à l’imprévu, rechercher de l’eau, monter un abri, s’orienter, allumer un feu, fabriquer des outils, découvrir « un autre soi » plus sauvage, plus primaire et révéler les ressources insoupçonnées qui sommeillent en nous tous. Devenez le “Bear Grylls seule face à la nature” francais ! – séminaires d’entreprise. Stage de survie en Guyane . Survie scoot . Camp de vacance enfant . Camp de vacances ados . Initiation techniques fabrication du feu .