Sac à Dos

Faire son sac à dos c’est LA grande mission au départ d’une randonnée.

Dans cet article, nous n’allons pas faire de comparatif, ni vous recommander tel ou tel produit, l’idée va surtout être de vous guider sur l’organisation et le réglage de votre sac ; c’est d’abord votre projet de marche qui va déterminer le choix de votre portage.

Toutefois ne voyez pas que le prix, 

plus simplement ne soyez pas trop « radin » car un bon sac peut rendre la marche très agréable. Un sac non adapté peut vraiment gâcher votre sortie !

Alors le sac à dos : quel type, quelle contenance, quel poids, l’organisation, le rangement… sont autant de question que l’on se pose lors de l’achat ou de 

la préparation de notre sac de randonnée avant de partir pour une marche. Et à juste titre car un sac inadapté, mal rangé 

et/ou mal réglé peut vite devenir un véritable supplice pour notre corps. A l’inverse, quand il est adapté, bien organisé et réglé correctement, il sait se faire oublier pour le plus grand plaisir de nos épaules et de nos cervicales. C’est le sac qui doit s’adapter à notre corps et non l’inverse !

Les critères de sélection du sac à dos:

  • La contenance :

Que ce soit pour une petite balade d’une journée ou même pour une randonnée de plusieurs jours, le sac fait quasi obligatoirement partie de l’équipement de base. Seul le « litrage » va changer.

N’oubliez pas que plus vous aurez un sac d’une grande contenance, plus vous aurez tendance à charger votre sac d’accessoires divers et variés et probablement pris « au cas où »…..qui ne serviraient certainement pas !

Ce qu’il faut retenir c’est que pour un trek avec portage ou une sortie d’une journée, vous aurez besoin d’un sac d’une trentaine de litres, pour une randonnée de 3 jours avec nuit en refuge ou « à la belle étoile », il vous faudra un sac d’environ 50 litres alors que pour un trek en autonomie ou une grande randonnée, optez pour un litrage supérieur à 60/70 litres.

  • Adapté à votre morphologie, confortable et résistant!

Il va être important de choisir le sac en fonction de votre taille et à votre gabarit. Et bien entendu prenez un sac pour femme si vous êtes une femme car ces sacs sont adaptés à vos hanches

Il existe deux grandes familles de réglages, le système à ruban auto-agrippant avec une sangle Velcro qui se cale sur un espalier gradué permettant de régler la hauteur du dos et le système tubulaire et rails coulissants ou les bretelles glissent sur des rails et sont bloquées à la taille souhaitée. Certaines marques proposent plusieurs tailles de dos, à choisir selon votre morphologie.

Pensez aussi à votre confort en sélectionnant celui avec des bretelles et une ceinture rembourrées.

La résistance n’en est pas en reste, des coutures solides et des systèmes de fermeture solides seront un gage de résistance et de durabilité. Pour le protéger contre la pluie, beaucoup de sac sont équipé d’une housse de protection rabattable, si ce n’est pas le cas pensez à en ajouter une à votre liste d’achats vous serez bien content de garder au sec l’intérieur de votre sac.

  • Quel poids :

Concernant le poids de votre sac il est clair que l’objectif premier va être de limiter son poids! L’idéal est de rechercher à aller vers le plus de légèreté possible, surtout si c’est pour une longue marche.

En fonction de la durée et du mode de votre voyage, de votre exigence en besoin de matériel et de votre limite physique, vous devrez vous fixer un poids de sac maximal. On entend souvent tout et rien concernant le poids idéal pour notre sac. Bien évidemment cela va dépendre aussi de la contenance du sac et de ce qu’il va y avoir à l’intérieur, de la corpulence et de la résistance de la personne, que ce soit un homme ou une femme.

Quoi qu’il en soit, le top est de tester votre sac à dos avec sa contenance maximale avant le jour J, et si c’est trop lourd, douloureux et fatigant très rapidement et ce, malgré un bon réglage, c’est simple, il faut alléger le sac !

Pour une randonnée de quelques jours, le poids maximum recommandé est de 15 à 20 % poids du porteur. En fonction de la musculature de chacun, Il est toujours possible de porter plus lourd, jusqu’à un tiers de son poids, mais ça n’est pas sans risque d’augmenter de possibles chutes ainsi que divers problèmes telles tendinites, usure des cartilages ou autres troubles musculo-squelettiques.

Puis on peut dire tout simplement que le plus important concernant le poids du sac, c’est surtout celui que l’on va pouvoir porter et lever au-dessus de la tête bras tendus ; en effet, imaginez devoir passer un obstacle à tout prix (pas d’autres choix, la situation l’exige), mais pour cela il vous faut passer votre sac en premier ! Et la…..il est beaucoup trop lourd et vous ne parvenez pas à le lever….

L’équilibre des charges et l’organisation doivent être l’objet d’une grande attention :

Organiser son sac à dos est tout un art ! Il permet une bonne répartition du contenu en fonction de l’intérêt de chaque chose et de sa fréquence d’utilisation.

Il faut équilibrer la charge et surtout ne rien oublier, pour ce faire je vous invite donc à faire des listes en vous posant la question « en ai-je vraiment besoin ? »: Une liste pour le matériel, une liste pour les vêtements et une pour la nourriture.

Le grand principe de base est de répartir la charge principalement sur le bassin et très peu sur les épaules. Le poids doit donc être réparti de façon à ce que le centre de gravité du sac soit le plus près possible du corps, ni trop bas, ni trop haut.

Il faut absolument éviter les bosses et/ou les angles d’objets pointant dans le dos les déséquilibres latéraux et les effets de levier

Outre la répartition du poids assurant confort et sécurité de marche, l’aspect fonctionnel de l’organisation du sac est primordial :

  • les choses légères, le sac de couchage et les vêtements de rechange seront rangés au fond du sac et bien entendu rendu étanche

  • Le long du dos et au-dessus du fond de sac les choses les plus lourdes, la réserve d’eau et de nourriture, la popote, le réchaud et le combustible

  • En haut et poches latérales, vous y installerez ce qui peut être utile rapidement tel que les vêtements de protection, le tarp ou la tente, la trousse de premier secours, une gourde, les objets précieux, tels que papiers et argent, protégés dans une pochette plastique zippée, de quoi faire un feu, lampe…

  • Puis la carte et la boussole à portée de main ou dans vos poches

  • Pour ce qui est du tapis de sol, tout va dépendre de son format, en tapis à dérouler en mousse ou plus petit autogonflant ou en « accordéon ». Pour le plus classique et « l’accordéon » à dérouler on peut l’enrouler autour de la tente, ou le glisser à l’intérieur même du sac, autour des affaires. Le plus petit type autogonflant il peut en général prendre une place avec le sac de couchage.

Je ne vous recommande pas le rangement du tarp, de la tente ou encore du sac de couchage à l’extérieur du sac. Premièrement ils peuvent tout simplement se décrocher sans même que vous vous en aperceviez et là, c’est la galère car perdre ce genre de matériel en rando imaginez-vous un peu la suite de l’histoire ! Deuxièmement ils risquent de se prendre dans des branches et autres épines qui endommageraient votre matériel, et troisièmement en se prenant dans ces obstacles vous risqueriez d’être déséquilibré et de chuter avec tous les risques que ça peut entrainer : blessures, fractures, luxations…

Pour plus d’étanchéité on peut aussi doubler l’intérieur du sac à dos d’un grand sac poubelle robuste de 80 ou 100 l.

Règle importante : toujours organiser votre sac de la même façon, ça vous permettra de trouver ce que vous cherchez sans le « démonter » dans son intégralité ! Ça vous fera gagner du temps.

  • Le bon réglage 

Le principe d’un bon portage est la répartition des charges. Pour que les bretelles épousent les épaules sans exercer de pression, la charge doit être portée à +/- 80 % par le bassin. Voici dans l’ordre les opérations à suivre :

Pour commencer réglez correctement le sac à votre taille, desserrez toutes les sangles, mettez le sac sur votre dos puis ajustez la ceinture abdominale autour du bassin. Cette partie du corps doit porter l’essentiel de la charge.

Ajustez ensuite la longueur des bretelles. Elles doivent reposer sur les épaules afin que le sac soit bien en place sur le dos : vous devez pouvoir passer votre pouce entre votre épaule et la sangle sans trop forcer.

Pour plaquer le sac sur le dos, ajustez les rappels de charge situés en haut des bretelles. Ces rappels définissent l’espace entre le sac et les épaules.

Accrocher la sangle pectorale pour obtenir une stabilité optimale. Veiller à ne subir aucun point de contact désagréable.

Normalement vous devez pouvoir bouger dans tous les sens, sautiller et bouger sans avoir de douleurs, sans que votre sac ne se désolidarise de votre corps, il doit être comme une seconde peau, tel l’escargot et sa coquille.

Puis veillez à ce qu’aucune sangle accessoire du sac ne soit ballante, elles pourraient se prendre dans les branches ou autres obstacles.

N’oubliez pas d’ajuster les sangles de compression extérieure pour éviter les mouvements à l’intérieur du sac.

Test final : Un sac bien organisé, bien rangé et bien équilibré (suivant le type de sac) doit pouvoir tenir debout sans tomber !

Avez-vous entendu parler des TMS : Troubles Musculo-Squelettiques ? Aujourd’hui beaucoup de centre d’apprentissage professionnel dispensent ce que l’on appelle « les gestes et postures » qui vont aider justement à réduire ces fameuses TMS. Pour la mise en place du sac, il y a aussi « une » bonne méthode pour lever notre sac sur notre dos et ce plusieurs fois par jour si besoin et sans se blesser.

Lorsque l’on se penche en avant sans plier les genoux, les disques intervertébraux (entre chaque vertèbre) sont écrasés et rentrent en contact avec les nerfs, d’où la douleur.

L’idée est donc de plier les genoux et de garder le dos bien droit, de saisir le sac par une bretelle et de le poser sur une cuisse. Reste ensuite par un mouvement de bascule en arriére de passer la bretelle sur l’épaule et puis la seconde bretelle sur l’autre épaule. Et voilà, le tout en prenant soin de notre dos !

  • Petite astuce !

Quand le froid nous saisit le corps nous avons parfois du mal à trouver une dextérité fine au niveau des mains pour ouvrir les fermetures du sac. La petite astuce consiste tout simplement à ajouter à ces dernières de petites « poupées » faites de cordage afin d’en faciliter la prise en main, et même avec les gants.

De plus je vous recommande même de les faire de différentes formes, soit ronde, carrée, plus longue etc…Ainsi dans l’obscurité ou avec une vision amoindrie, vous savez que de ce côté-ci vous êtes sûr de trouver votre lampe par exemple !

  • Concernant la liste du matériel

Il y a bien des incontournables et le minimum « syndical » à avoir, notamment les 5 C : Contenant, coupant, comburant, cordage et Couvrant.

Libre à vous de la préparer avec ce qu’il vous semble nécessaire, pour l’exemple, l’EVN (École de Vie dans la Nature) https://ecole-vie-nature.com, propose cette liste minimaliste de matériel à apporter pour effectuer un stage de 2 à 4 jours dans de bonnes conditions. Toutefois, elle peut être agrémentée de plus de choses, libre à chacun de porter plus lourd…

– Couverture de survie

– Petite cordelette (20m)

– Tarp

– Très bonnes chaussures de randonnées

– Briquet /firesteel

– Boussole

– Petit carnet avec crayon en bois

– Affaires de toilette minimale (brosse à dent, savon bio,…)

– Serviette

– Bonnet

– Lampes : frontale et manuelle

– Popote + Un récipient alimentaire type « Quart en acier »

– Sac de couchage : température 0°C

– Sac à dos de 50 litres minimum

– Trousse à pharmacie

– 2 Gourdes d’eau

– Couteau

– Vêtement imperméable

– Tapis de sol

– Gants

  • L’entretien

Comme tout matériel, si nous voulons le garder longtemps et pouvoir l’utiliser dans de bonnes conditions, il est primordial de lui apporter le meilleur soin possible. Alors comment entretenir, laver et stocker un sac à dos ? 

  • À chaque retour de marche, prenez le réflexe de vider votre sac entièrement et de le secouer à l’envers pour en retirer toutes les poussières. Complétez ce nettoyage en frottant les tissus à la brosse douce pour retirer la boue séchée et la poussière. 

  • Pour que leurs tissus conservent leurs propriétés notamment l’imperméabilité, le meilleur moyen pour laver votre sac à dos est de le laver à la main à l’eau tiède savonneuse puis de le rincez généreusement à l’eau tiède. Et surtout pas de machine à laver !

  • L’étape de séchage est primordiale après l’avoir nettoyé.  Ouvrez tous les zips, détachez les parties amovibles et faites le sécher suspendu à l’envers, dans un endroit sec.

  • Réimperméabilisez le si besoin avec un produit spécial

  • Stockage

Enfin, stockez votre sac à dos dans un endroit sec pour éviter tout développement de moisissure et à l’abri de la lumière. Évitez donc votre cave et préférez un placard. Suspendez le ou posez le à plat plutôt que debout.

Rangez systématiquement le sac boucles fermées. Le sac à dos ne doit pas être rempli d’objets lourds car le dos du sac risque de se déformer.

Maintenant à vous de jouer, ou plutôt d’organiser, de régler et de profiter d’une bonne marche bien confortablement !

[Source : Romuald Bourbier EVN ]

VENEZ EN APPRENDRE PLUS SUR NOS STAGES DE SURVIE :

DATE DE STAGE ICI

Contactez nous :

12 + 4 =

L’art se distingue de la nature. «On se plaît à nommer œuvre d’art le travail des abeilles (les rayons de cire régulièrement construits), mais ce n’est que par analogie; car dès que l’on songe qu’aucune réflexion particulière de la raison ne préside à leur travail, on dit aussitôt : c’est une production de leur nature (leur instinct) et comme œuvre d’art, on ne l’attribue qu’à leur Créateur.»
KANT, 1790, Critique du Jugement, § 43, trad. Gibelin, édit. Vrin, 1960.

Nous soutenons :

            

bushcraft – feu part friction – fire steel – monter un abri – s’orienter – allumer un feu – fabriquer des outils – aller à l’aventure comme bear grylls – idée cadeau – manger des plantes – chasser à l’arc . Vie en pleine nature . Initiation survie . Survie en nature . Vivre en nature . Survie en foret . Survie en milieu hostile . Survie en montagne . Séminaire incentive . Survie grand froid . boot camp . M U L . Formation aux techniques de survie . Survie en jungle . Survie en milieu désertique . Survie en Thaïlande . Stage de survie au Maroc . Feu par friction . Stage de survie longue durée . Survie nomade . Team building . Christelle Gauzet . Stage de motivation. à l’état sauvage – the island – l’abri parachute . dropped, get out alive, Stage de survie – instruction survie – école de survie – Résistance mentale . Stage de survie en terre inconnu pour savoir faire face à l’imprévu, rechercher de l’eau, monter un abri, s’orienter, allumer un feu, fabriquer des outils, découvrir « un autre soi » plus sauvage, plus primaire et révéler les ressources insoupçonnées qui sommeillent en nous tous. Devenez le “Bear Grylls seule face à la nature” francais ! – séminaires d’entreprise. Stage de survie en Guyane . Survie scoot . Camp de vacance enfant . Camp de vacances ados . Initiation techniques fabrication du feu .